Sans âme, Gail Carriger

Publié le par Hippolyte

Bonsoir,

 

Un autre livre, un de plus. ^^

 

Sans âme, Gail Carriger

Le protectorat de l'ombrelle , Tome 1

 

Nous voici dans un Londres victorien quelque peu... Surprenant ! Et dans le bon sens du terme. En général je préfére les livres qui se passent au moins en partie dans le présent quant il s'agit de bit-lit, mais je dois avoué que je me suis laissée envouté par celui ci. Le livre est bien écrit, dans une imitation de style "d'époque", on aime ou on aime pas, mais c'est quand même recherché et sans prétention.

 

L'héroine, une vieille fille de 26 ans (voyez son grand âge !), au teint bazané évolue dans une époque victorienne où loup garou et vampires évoluent parmi les humains, qui sont tout à fait conscient de leurs présences. Alexia donc, c'est le nom de l'héroine, est un peu différente, elle n'a pas d'âme et un caractère bien trempé. Les personnages principaux sont d'ailleurs particulièrement charismatiques, enfin si vous aimez les caricatures ou que vous le prenez au second degré... ^^ Lord Maccon, un loup garou (ecossais s'il vous plait), bourru, plus que direct, et assez peu délicat, mais aussi viril et Alpha de la meute de Londres, il est délicieux, et... étonnant. Alexia est particulierelement futée, un peu trop curieuse pour une dame de sa stature, inadaptée, et succulente. Et même les personnages secondaires sont travaillés, que se soit l'amie d'Alexia, Ivy aussi frivole que ses chapeaux, ses soeurs, sa mère (y du niveau là :o), l'exubérant mais si génial Lord Akeldama, ou tous les autres finalement. Tous d'énormes caricatures (même les méchants), mais après tout, ca ne fait que rajouter une touche burlesque au livre. Même si je dois bien l'avouer, certains passages sont plus lourds que drôles, mais passons, parce que finalement ca ne m'a pas tant dérangé que ça.

 

Tous ces personnages nous entrainent dans une aventure tantôt burlesque, tantôt épique, tantôt romantique (faut bien, ca reste un livre de filles) si bien qu'à la fin vous vous imagineriez presque à leurs côtés.

 

Comme vous pouvez l'imaginer, des créatures aussi puissantes font débats au sein de la socièté, et l'intrigue tourne autour de ce problème politique. Je n'ai pas trouvé l'intrigue ou l'action à la hauteur des personnages, bien que se ne soit pas si mal. Pour faire simple, l'intrigue en elle même n'est pas si interessante que ça, mais les idées sont bonnes.

Alexia tue par inadvertance un vampire, et se retrouve dans une affaire bien plus importante que se qu'elle aurait pu penser. Des disparitions de loup garou, des apparitions de vampires venus à premiere vue de nul part. Son statut de 'sans âme' va prendre une tout autre tournure, et le récit est suffisament bien tourné pour que le lecteur comprenne les implications de tout ce bazar au fur et à mesure que l'histoire se déroule. Alors, oui, on comprend assez vite qui est impliqué dans quoi, mais on a aussi une bonne part de surprise qui ne gache rien. Et puis la relation qui ne manque pas de piquant entre Alexia et Lord Maccon, en outre, assez peu banal et même si ce n'est pas nouveau pour le genre, cela reste supportable.

 

Un bon bouquin finalement, mais pas non plus le roman du siècle décrit dans beaucoup de critiques que j'ai pu lire. Je recommande tout de même. ;)

 

sansame

 

 

Édition : Orbit (12 janvier 2011)

 

Résumé :

 

Miss Alexia Tarabotti doit composer avec quelques contraintes sociales.


Primo, elle n’a pas d’âme. Deuxio, elle est toujours célibataire. Tertio, elle vient de se faire grossièrement attaquer par un vampire qui, ne lui avait pas été présenté ! 
Que faire ? Rien de bien, apparemment, car Alexia tue accidentellement le vampire. Lord Maccon – beau et compliqué, écossais et loup-garou – est envoyé par la reine Victoria pour enquêter sur l’affaire. 
Des vampires indésirables s’en mêlent, d’autres disparaissent, et tout le monde pense qu’Alexia est responsable. Mais que se trame -t-il réellement dans la bonne société londonienne ?

Hippolyte et la racine de millepertuis

Publié dans Le bouquin du moment

Commenter cet article