Couches lavables

Publié le par Hippolyte

Couches lavables


SAM_1169.JPG

 

AHAHAH, j'en vois déjà qui partent en courant! Mais nan, mais j'étais pareil avant! Attendez la suite.

 

En fait, l'histoire commence quand ma fille avait 4 ou 5 mois. Là en flanant sur internet, j'entends beaucoup parler des couches lavables. En bien, les gens disent que c'est économique, écologique, respectueux des fesses de bébé et pas si compliqué. Et en mal aussi, ca parle de lessives à longueur de journée, de fuites, de gros popotin, que c'est long à sécher, qu'on y comprend rien et j'en passe.

 

Moi j'avais pas envie de me prendre la tête et les jetables ca m'allait bien, un peu cher certes, mais bon on peut pas couper aux couches de toute façon.

 

Mais voilà, j'ai vu une couche, vraiment chouette, avec des petits hiboux dessus. J'me suis dit, bof, on peut bien essayer! Alors, j'l'ai commandé. Et puis après je me suis renseignée.

 

On va faire ca dans l'autre sens. J'vais d'abord éclairer un peu vos lanternes sur les couches lavables, parce qu'il y a beaucoup de sorte de couches différentes. Et dans un prochain post, j'vous parlerais des couches que j'ai à la maison et lesquelles je préfère. ;)

 

Les différents types de couches

 

Les couches Tout en 1 (TE1)


Il s'agit de couches composées d'un seul "bloc". Un peu comme les jetables. Avec la partie absorbante cousue à la partie imperméable. A scratchs ou à pression pour ajuster à la taille. Tout comme des jetables j'vous dis! Il en faut environ une vingtaine pour pouvoir tourner en faisant une machine tous les deux jours. Comptez quand même environ une vingtaine d'euros par couche.

 

Avantages: Aussi simple à installer sur les fesses de bébé que des jetables.

 

Inconvénients: Sèchent lentement, difficile de rajouter des inserts pour augmenter l'absorption sans qu'ils ne bougent. Vous devez changer de couches à chaque change.

 

Les TE1 à poche

 

La seule différence d'avec les précédentes, c'est que l'insert (la partie absorbante) n'est pas directement cousu au reste de la couche. Il y a une poche pour les insérer! Comptez une vingtaine de couches et environ 20 euros par couche aussi.

 

Avantages: Comme les autres TE1. Sauf qu'elle sèchent plus vite, vu que l'insert ou les inserts (vous pouvez en mettre autant que vous voulez, plus pour les siestes ou la nuit par exemple) sèchent séparément. Il y a une manipulation en plus cependant, mais franchement installer les inserts dans la poche, ca n'est quand même pas très contraignant. Pour les gens qui n'ont pas envie de trop se prendre la tête, tout en ayant des couches pratiques et efficaces.

 

Inconvénients: Même avec des inserts supplémentaires dans la poche, elles ne sont pas assez efficaces pour les nuits. Enfin du moins pour ma fille. Mais parfaites pour la journée. Il faut aussi changer l'ensemble de la couche à chaque change.

 

SAM_1173.JPG

 

Les Tout en 2 (TE2)

 

Les inserts de ces couches se pressionnent à la culotte imperméable. Ce qui permet de ne changer que l'insert souillé lors du change, et de réutiliser la couche imperméable si elle est propre, environ 3 fois. Les couches coutent de 20 à 30 euros mais vous n'avez besoin que d'environ 6 couches imperméables et une vingtaine d'inserts (environ 8 euros l'insert suivant les couches). Il existe souvent des "boosters" à rajouter aux inserts pour la nuit. A pressions ou à scratchs comme la plupart des couches lavables.

 

Avantages: Simple d'utilisation, économique. Sèchent vite. Peuvent s'utiliser comme des TE1, c'est à dire tout changer à chaque change. Tient la nuit avec un booster (mais j'ai quand même parfois es fuites la nuit malgré ca).

 

Inconvénients: Le fait de devoir mettre les mains sur l'insert souillé peut rebuter certains. Il faut prendre le temps de repressionner un nouvel insert alors que bébé peut être un peu remuant.

 

SAM_1171.JPG

 

Les Tout en 3 (TE3)

 

Ces couches sont composées d'une culotte imperméable, d'un hamac et d'inserts qui s'installent dans le hamac. Ce sont des couches hybrides, vous pouvez utiliser des inserts lavables ou jetables selon la situation. Entre 20 et 30 euros la couche. Comme les TE2, vous ne changez que l'insert à chaque change. Donc environ 6 culottes imperméables et une vingtaine d'insert toujours pour une lessive tous les 2 jours.

 

Avantages: Les mêmes que pour les TE2. Les inserts jetables peuvent se révéler pratique en sortie ou chez des amis par exemple, pas besoin de stocker des couches sales dans le sac à langer. Et c'est toujours moins de déchets qu'une couche jetable classique. L'insert se positionne d'un geste dans le hamac dont les parois collent aux fesses pour éviter les fuites.

 

Inconvénients: Les mains dans le pipi pour retirer l'insert. Quelques fuites. Le coût, en général elles ne sont pas taille unique (on y reviendra plus bas). Pas forcément les plus efficaces la nuit.

 

Les couches classiques et les culottes de protection

 

Il s'agit d'une couche en tissus de différentes matières suivant la couche (on y reviendra aussi), soit préformé, qui ressemble donc à une couche et qui se ferme par pressions, scratchs, liens, ou snappies (petit objet qui remplace les épingles à nourrice) ou bien des langes (plié selon un schéma particulier et fermé par un snappi), oui comme nos grands mère!

 

Ensuite, on a la culotte imperméable, en général en tissus et polyuréthane pour l'imperméabilité ou polyester, ou en laine traité à la lanoline pour la rendre plus imperméable (plus d'entretien que pour une culotte un peu moins naturel quand même). Couches à réserver pour les plus courageux ou pour la nuit (très efficaces). En effet, on doit enfiler 2 couches à chaque fois, même si la culotte imperméable ne se change pas à chaque change.

 

snappi.jpg

Ce sont les snappies!

 

Pour le prix on varie entre 2 et 20 euros la couche absorbante et 10 à 15 euros la culotte de protection. Vous aurez besoin d'une vingtaine de couche absorbante et de 3-4 culottes de protection.

 

Avantages: Economique. Si elles sont bien mises, pas de fuites. Idéal pour la nuit. On rajoute le nombre d'insert que l'on souhaite pour moduler l'absorption. On ne change pas la culotte de protection à chaque change.

 

Inconvénients: Souvent elles font un gros popotin. Pas évident de mettre 2 couches à chaque fois surtout quand on a un bébé remuant. Sèche plus ou moins vite selon le type de couche. Un lange sèche très vite, mais une couche de nuit en bambou par exemple mettra beaucoup plus longtemps.

 

 

La taille des couches

 

 

Voilà pour les différents types de couche. Dans toutes ces couches présentées, il y a encore des sous-catégories. Taille unique et multitaille.

 

Les multitailles

 

Comme le nom l'indique, il y a plusieurs tailles, vous devez refaire votre stock régulièrement au fur et à mesure que bébé grandit et grossit. L'avantage c'est qu'en général elle s'adapte très bien sur bébé.L'inconvénient c'est le coût.

 

Les tailles unique

 

En général à l'avant de ces couches, il y a une rangée de pressions qui permet de réduire la taille de la couche en hauteur et la largeur des cuisses. (il y a d'autres systèmes)

 

Elles sont vendus comme allant de la naissance à la propreté. Dans les faits, soit il faut attendre les 2-3 mois du bébé (voir plus) pour qu'elles ne baillent pas trop ou ne fassent pas des fesses trop énormes, soit elles n'iront pas jusqu'à la propreté, surtout si vous avez un bébé potelé!

 

SAM_1172.JPG

 

 

Les matières

 

 

En coton, bio ou pas, en microfibre, en chanvre, ou en bambou, on a le choix! On a vu pour les culotte de protection. Maintenant la partie absorbante. Je ne suis pas une experte, mais d'après ce que j'ai pu voir, le bambou est celui qui absorbe le plus mais n'a pas d'effet bébé au sec, et met plus de temps à sècher que la microfibre par exemple. La microfibre sèche vite, a un effet bébé au sec, mais absorbe peut être un peu moins que le bambou. Le coton bio est le plus écologique et bio, même si la culture du coton demande beaucoup d'eau, pas de pesticide avec le bio et pas de transformation qui demande des produits chimiques comme les autres tissus. Et le chanvre, comme le bambou (culture facile sans pesticide) absorbe bien, mais a priori (je n'en ai pas pour confirmer), sans sèche linge, le tissus devient cartonneux au bout de plusieurs lavages et les couches peuvent sentir fort en contact de l'urine.

 

Dans tous les cas, les couches lavables sont plus écologiques et saines et que les jetables!

 

 

Les accessoires à couches

 

 

Il vous faudra au minimum un seau à couches pour pouvoir entreposer les couches sales. A l'intérieur du seau, je mets un gant de toilette avec quelques gouttes d'huile essentiel d'arbre à thé (propriétés désinfectantes) surtout pour contenir les odeurs, que je mets ensuite dans la machine avec les couches. Et ca marche bien. Sur mes couches en bambou je mets un voile polaire, pour un effet fesses au sec et pour récuperer les selles. Ou bien un papier de cellulose (vendu en rouleau), que je jette dans la poubelle quand il y a des selles (pas besoin de rincer la couche ou de mettre les doigts dedans comme ca!) et que je lave et réutilise quand il n'y a que du pipi. J'ai aussi un désinfectant pour la lessive. Comme ca quand les selles ont un peu débordé sur la couche (ca arrive parfois), je mets un bouchon de désinfectant avec la lessive et je n'ai pas de soucis.

 

Je lave mes couches avec le reste du linge, tous les 2 jours, et je n'ai aucun soucis. Mais on peut très bien faire une lessive de couches si on en a assez. ;) Tous les 2-3 mois, je mets mes couches en machine en cycle long à 60°C sans lessive pour les décrasser. On peut rajouter une ou deux cuillères à soupe de cristaux de soude occasionnellement si le décrassage normal n'a pas suffit. 

 

 

 

Voilà, voilà, en ce qui me concerne je suis convaincue par les lavables, enfin du moins à la maison. ;) En extérieur on est toujours en jetable et pour les épisodes de gastro aussi d'ailleurs, faut pas abuser! 

 

Sur le prochain post, j'vous parlerais un peu de mes marques de couches préférées et les boutiques où les trouver. ;)

 

 

Hippolyte et la racine de millepertuis

Commenter cet article